Sélectionner une page

Il entend les voix de la rivière

 

Forêts de pins bordant les berges de la rivière des Français

Il est le seul témoin encore actif de l’exploitation intensive des forêts de la rivière des Français (Ontario). Construit en 1875 à l’entrée principale de la rivière, il guidait les bateaux de la baie géorgienne jusqu’aux deux scieries du village ouvrier tout proche. Pour ce petit phare, l’épisode industriel fut pourtant de courte durée. Dans les années 1910, les ressources de bois facilement exploitables étaient épuisées et la pollution causée par la sciure de bois empoisonnait les pêcheries de la baie géorgienne. Le village fut définitivement abandonné et devint un village fantôme. L’exploitation forestière se déplaça plus au sud, où l’arrivée récente du chemin de fer rendait le transport du bois plus rentable.

Aujourd’hui, le petit phare est toujours le gardien de la rivière des Français, cette voie navigable séculaire alors meurtrie mais maintenant régulée et protégée. Ecoutons-le maintenant, le petit phare. Il nous raconte l’histoire des habitants de la rivière bien sûr, mais il évoque aussi l’histoire de ses voyageurs, car il a un secret : la nuit tombée, il entend les voix de la rivière

Voir la chronique complète sur le site du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique.