Sélectionner une page

Expédition Jolliet-Marquette

La première exploration complète du Mississippi (« grande rivière » en langue ojibwé) à partir des Pays d’en Haut (Grands Lacs), en amont du fleuve Saint-Laurent, date de 1673, sous le régime français. L’espoir était toujours de découvrir un accès plus rapide à la mer de l’Ouest et aux richesses de l’Orient. Mais aux pays des loutres et des castors, les chemins d’eau sont longs et tumultueux et la « grande rivière » ne mène pas à l’Ouest mais au Sud, au pays des alligators.

Dans la Nouvelle-France, les consignes royales étaient de limiter la colonisation aux rives du Saint-Laurent. Mais à partir des années 1660, les voyages dans les Pays d’en Haut se sont multipliés, surtout après la paix générale de 1667 avec les Iroquois. A chaque voyageur sa motivation : au missionnaire l’évangélisation de nouvelles nations indiennes, au commerçant la traite des fourrures avec ces mêmes Indiens, à l’explorateur la découverte des territoires et de leurs richesses minières, toujours plus à l’ouest. Et au jeune homme en mal de compagne dans la vallée du Saint-Laurent la conquête…d’une Indienne.

Le père Jacques Marquette (1637-1675) et les Indiens

Le père Jacques Marquette (1637-1675) et les Indiens

En 1673, le gouverneur Frontenac et l’intendant Talon chargent le cartographe Louis Jolliet d’atteindre la « grande rivière » (Mississippi), dont les missionnaires avaient une bonne connaissance d’après les indications des Indiens des Grands Lacs, en particulier les Illinois. Mais le Mississippi se décharge-t-il dans la mer de l’Ouest ou la mer du Sud (Golfe du Mexique) ? C’est à cette question brûlante que Jolliet doit répondre, en compagnie du père Jésuite Jacques Marquette, qui se joint à l’expédition. Le père Marquette, qui parle plusieurs langues indiennes, venait de fonder la mission Saint-Ignace, centre de ralliement de plusieurs nations indiennes sur la côte Nord du détroit de Mackinac séparant le lac Michigan du lac Huron.

Voici l’histoire de cette expédition, relatée, en l’absence de journal de voyage perdu après une succession de malchances, sur la base des renseignements fournis de mémoire par Louis Jolliet et du récit du père Claude Dablon, supérieur des Jésuites de la Nouvelle-France (voir les références à la fin).

La découverte du Mississippi

Jolliet et Marquette partent le 17 mai 1673 de la mission Saint-Ignace (dans l’actuel Michigan), avec cinq compagnons français et deux canots. Ils longent la baie verte (Green Bay), à l’ouest du lac Michigan, dite « baie des Puants » à cette époque, même si on ignore encore aujourd’hui le sens exact de cette dénomination (peut-être est-ce dû à l’odeur des vasières du fond de la baie…). Ils y rencontrent les Indiens Menominee qui les exhortent de ne pas aller plus loin. Mais leur mission n’est-elle pas de découvrir le Mississippi plus au Sud ? Et pour cela il faut dépasser la limite des territoires connus, au village des Indiens Mascouten, près de l’actuelle ville de Berlin (Wisconsin).

Rivières et lacs du Wisconsin (crédit Maps of Net, licence Creative Commons BY-SA 1.0)

Rivières et lacs du Wisconsin

Ils quittent donc la baie verte pour remonter la rivière Fox et ses rapides jusqu’au lac Winnebago. La rivière Fox traverse le lac Winnebago et reprend son cours sinueux vers l’amont dans la direction du sud-ouest. Ils atteignent enfin le village des Mascouten, après vingt jours de navigation depuis leur départ de Saint-Ignace. Ils apprennent des Mascouten qu’à seulement 12 km du village passe une autre rivière, la rivière Wisconsin, qui se jette dans le Mississippi. Mais un portage de canot de 2 km est nécessaire pour faire la jonction entre les deux rivières (voir la carte ci-contre).

Pourquoi ce portage ? C’est que la tumultueuse rivière Wisconsin, venue du nord, rejoint le Mississippi par une longue boucle orientée vers le sud-ouest, alors que la petite rivière Fox trace une boucle inverse orientée vers le nord-est pour se jeter dans lac Michigan. L’étroite bande de terre qui les sépare est tout simplement la ligne de partage des eaux entre le bassin de drainage des Grands Lacs et celui du Mississippi. Les deux rivières ne pouvaient donc pas se rencontrer. C’est à cet endroit qu’a été fondée en 1858 l’actuelle ville de Portage (Wisconsin).

Bassin de drainage et grands affluents du Mississippi (crédit Jon Platek, licence Creative Commons BY-SA 3.0)

Bassin de drainage et grands affluents du Mississippi

Deux guides Mascouten acceptent d’accompagner les voyageurs jusqu’à la rivière Wisconsin, mais refusent d’aller plus loin. Aucun Européen ne s’est encore aventuré au-delà de ce territoire, vers le sud. Qu’y a-t-il donc à redouter, dans ces contrées lointaines ? Une nature, des animaux ou…des Indiens hostiles ? Dans ce pays inconnu, les deux hommes et leurs cinq compagnons descendent la rivière Wisconsin jusqu’à la confluence du Mississippi. Le voilà donc le fameux Mississippi ! Un mois s’est écoulé depuis leur départ de Saint-Ignace.

Le Mississippi mène au Sud

Jolliet et Marquette continuent de naviguer sur le Mississippi en direction du sud sans rencontrer d’Indiens jusqu’à la rivière Iowa où ils aperçoivent un premier village d’Illinois, celui des Peoria, qui les accueillent chaleureusement. Ils poursuivent leur voyage, rencontrent la rivière Missouri, puis la rivière Ohio, alors que les Indiens se montrent toujours aussi amicaux.

Pays des Illinois (carte ancienne)

Carte manuscrite du Pays des Illinois exécutée vers 1717

Ils atteignent enfin la rivière Arkansas et s’arrêtent à un village des Indiens Quapaw. Mais depuis la rivière Ohio (au sud de l’actuel Illinois), dans ces territoires de commerce avec les Espagnols, les Indiens semblent plus méfiants et le père Marquette, malgré sa connaissance des langues indiennes, peine à se faire comprendre. Les deux hommes sont cependant maintenant convaincus qu’en continuant vers le sud ils atteindront le Golfe du Mexique, et non la mer de l’Ouest, tout en risquant d’être capturés par les Espagnols. A la mi-juillet, ils préfèrent donc faire demi-tour pour remonter le fleuve vers le nord-est et rejoindre le lac Michigan par la rivière et le Pays des Illinois où ils visitent le village des Kaskaskia.

Très éprouvé par ce voyage, le père Marquette ne reprendra ses activités de missionnaire qu’à l’été 1674, mais de santé fragile il mourra en mai 1675 après une dernière mission au Pays des Illinois. Louis Jolliet, quant à lui, poursuivra ses activités de marchand sur la côte nord du Saint-Laurent.

L’embouchure du fleuve Missisippi ne sera découverte qu’en 1682 par René-Robert Cavelier de La Salle qui prendra possession de ce vaste territoire englobant l’ensemble de la vallée du Mississippi, au nom du roi de France Louis XIV, en le nommant « Louisiane ». Le Pays des Illinois sera inclus dans la « Haute-Louisiane » sous le régime français. Mais c’est une autre histoire…

Le Wisconsin, d’hier à aujourd’hui

Ville de Portage sur la rivière Wisconsin (le canal conduisant à la rivière Fox est visible sur la droite)

Ville de Portage sur la rivière Wisconsin où le canal conduisant à la rivière Fox est visible sur la droite

Ce qu’on appellera par la suite « voie navigable Fox-Wisconsin » sera l’une des principales routes empruntées par les voyageurs, d’abord pour la traite des fourrures, ensuite pour la colonisation américaine et européenne et le développement industriel du territoire. Sa navigation sera bien améliorée au 19ème siècle, avec l’ajout de nombreux barrages et écluses et d’un canal (Portage Canal) reliant les deux rivières. Mais cette route perdra progressivement son intérêt pour le transport commercial à l’ouverture du canal Illinois et Michigan et à l’arrivée du chemin de fer, au milieu du 19ème siècle.

Aujourd’hui, cette région est mise en valeur à travers la navigation de plaisance et le tourisme. Mais si son passé français reste très présent à travers les noms de lieux, de personnages célèbres et de familles de la région (voir une liste ici), le Wisconsin n’est pas le Canada et la langue française n’y est présente dans l’enseignement qu’en tant que langue étrangère, comme dans l’ensemble des Etats-Unis.

Marquette University à Milwaukee (crédit scott feldstein, licence Creative Commons BY 2.0)

Université Marquette à Milwaukee

Mais quelles traces ont laissées Jolliet et Marquette dans l’histoire de la région ? Des deux découvreurs du Mississippi, Jacques Marquette est certainement celui qui a vraiment marqué l’histoire de la région des Grands Lacs. Dans les seuls Etats-Unis, il a en particulier donné son nom à une université du Wisconsin (fondée par les jésuites en 1881), un comté du Wisconsin, une ville et un comté du Michigan, une rivière du Michigan et une compagnie de chemin de fer opérant dans la région des Grands Lacs (Pere Marquette Railway).

Références bibliographiques et sites de référence pour approfondir

– Histoire de l’Amérique française, édition revue (2008), Gilles Havard, Cécile Vidal (ouvrage de référence sur la Nouvelle-France).
Dictionnaire bibliographique du Canada (site de l’Université de Laval et de l’Université de Toronto).
– En canot sur les chemins d’eau du roi – Une aventure en Amérique (2005), Jean Raspail (en 1949 l’équipe « Marquette » de Jean Raspail descend en canot du Saint-Laurent à la Nouvelle-Orléans sur les traces des premiers explorateurs français).
– Musée virtuel de la Nouvelle-France (site du Musée canadien de l’histoire).
– Fox-Wisconsin Heritage Parkway (site de promotion de la voie navigable Fox-Wisconsin).