Sélectionner une page

Frontenac, La Salle et les autres.

 

Centre-ville de Kingston à l’arrière-plan, le long de la rivière Cataraqui, où se trouvent les vestiges du fort Cataraqui (Frontenac)

L’Ontario a dévoilé le 21 juin 2017 une nouvelle route touristique qui mènera les visiteurs francophones sur le chemin emprunté par Samuel de Champlain lors de son grand voyage de l’été 1615 au pays des Hurons, au sud de la baie Géorgienne (lac Huron). Cette « route Champlain » est une heureuse initiative qui met en lumière les origines françaises de l’Ontario, en soulignant l’arrivée du premier explorateur européen sur son territoire. Elle incite surtout à faire un effort de mémoire car à partir du 17e siècle d’autres Français marquèrent aussi leur empreinte sur ce territoire. Un petit rappel historique s’impose donc. Mais au fait, pourquoi est-ce opportun ici ?  

Il faut bien reconnaître une chose. La mémoire française du Canada est honorée depuis des décennies notamment à travers les nombreux jumelages entre des villes québécoises et françaises. Cependant, en dehors du Québec, seuls quelques jumelages franco-canadiens sont recensés au Nouveau-Brunswick et un seul en Ontario (Windsor et Saint-Etienne). Certes des liens sont créés par l’association nationale France-Canada, ses comités régionaux et les associations canadiennes partenaires à Toronto et Calgary. Et pourtant, si l’Ontario honore aujourd’hui son premier explorateur, c’est aussi pour faire connaître à ses visiteurs son passé français largement méconnu. Saviez-vous que les 600 000 habitants de l’Ontario qui parlent le Français, soit 4,5% de la population, constituent la plus grande communauté francophone en dehors du Québec ? Pourquoi alors ne pas aller plus loin, en construisant de nouveaux liens entre l’Ontario français et les régions de France d’où sont issues ces grandes figures qui ont marqué l’histoire de la province ?

La Route Champlain (1500 km) accueillera les touristes francophones en 2018

Revenons au 17e siècle. Est-ce un hasard si les quelques personnages marquants de l’Ontario français étaient souvent issus du sud-ouest de la France (actuelle Nouvelle-Aquitaine) ou de Normandie ? Il est vrai que le port de La Rochelle était le principal port français d’embarquement pour le Canada et dominait aussi les échanges commerciaux avec le Canada. Voici en tout cas un mini-parcours historique en cinq épisodes où l’on croise les quatre personnages les plus célèbres de l’Ontario français. Le mini-parcours se lit dans l’ordre chronologique mais chaque épisode peut être lu indépendamment des autres. Il y a aussi trois personnages-surprises, illustres inconnus mais authentiques pionniers. Bienvenue aux sources de l’Ontario français !


Sommaire de l’article

CHAMPLAIN (et le beau pays fertile)

FRONTENAC (et le premier fort de l’Ontario)

LA SALLE (et sa grande première sur les Grands Lacs)

LA SALLE (et la colonie perdue du fort Cataraqui)

CADILLAC (et les tout premiers colons de l’Ontario)

Ode à la mémoire française de l’Ontario

 

Voir l’article complet sur le site de l’association Aquitaine Québec & Amérique du nord francophone